Télécharger le pdf

L’impact sociétal du CHU Bruxelles

L’impact en termes de missions d’intérêt économique général

Les hôpitaux publics bruxellois assument avec engagement et professionnalisme une série de missions d’intérêt général qui viennent s’ajouter à celles de soins, de recherche et d’enseignement.

Elles nécessitent une organisation et des ressources particulières afin de répondre à de multiples défis : patients dans des situations socio-économiques difficiles, problèmes d’assurabilité, barrières linguistiques et culturelles ou maintien de l’accessibilité des soins.

L’impact économique, sous la forme des charges spécifiques à ces missions, a été mesuré. Il contient notamment :

  • les charges inhérentes à l’obligation d’accessibilité sans discrimination aux soins pour les patients, y compris pour les plus indigents ;
  • le recouvrement et abandon de créances induits par le nombre élevé de patients indigents ;
  • les besoins supplémentaires en travailleurs sociaux et en interprétariat social ;
  • les échanges informatiques et délais de paiement avec les CPAS ;
  • la couverture territoriale.

Pour le CHU Bruxelles, l’impact économique direct de ces missions d’intérêt économique général a été estimé en 2016 à près de 31 millions €.

Offrir un accès aux soins aux plus démunis

La précarisation et l’exclusion sociale augmentent les inégalités en matière d’accès aux soins de santé. Assistante sociale en obstétrique au CHU Saint-Pierre, je rencontre très régulièrement des (futures) mères qui, malgré leurs droits (aide médicale urgente ou mutuelle), par méconnaissance, peur ou barrière linguistique, arrivent à l’hôpital sans couverture sociale au moment de l’accouchement. Repérer le statut des patientes, les informer et les orienter sont des missions essentielles de mon travail et ce, en collaboration avec le réseau extrahospitalier.